Bienvenue



Pour me rejoindre :

Stemar63@me.com

stephane.martineau@uqtr.ca

jeudi 31 octobre 2013

L'usage littéraire du langage selon Merleau-Ponty

Le philosophe Maurice Merleau-Ponty est l'auteur d'une oeuvre touffue et originale. Ci-après, je présente rapidement ses réflexions sur l'usage littéraire du langage.

D'abord, une citation :

«Écrire n'est plus seulement (si jamais ce fut) énoncer ce qu'on a conçu. C'est travailler avec un appareil qui donne tantôt plus et tantôt moins que ce qu'on y a mis, et ceci n'est que la conséquence d'une série de paradoxes qui font du métier d'écrivain une tâche épuisante et interminable». (p. 23)

L'auteur identifie cinq paradoxes du langage utilisé de façon littéraire :

1- le paradoxe du vrai et de l'imaginaire plus vrai que le vrai;
2- le paradoxe des intentions et de l'accomplissement souvent inattendu et toujours autre;
3- le paradoxe du subjectif et de l'objectif; le secret s'impose et le conscient non;
4- le paradoxe de la parole et du silence; l'échec par excès de paroles, le succès par le non dit;
5- le paradoxe de l'auteur et de la personne; le vécu est substance de l'oeuvre mais celle-ci commande la retrait pour naître.

Référence :
Voir l'année 1952-1953, cours du lundi, «Recherches sur l'usage littéraire du langage» (p. 22-30) dans Résumés de cours, collège de France, 1952-1960, Paris, Gallimard, 1988.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire