Bienvenue



Pour me rejoindre :

Stemar63@me.com

stephane.martineau@uqtr.ca

jeudi 26 mars 2020

Trois géants du Moyen âge


Attali, Jacques (2004). Raison et foi : Averroès, Maïmonide, Thomas d’Aquin. Paris : Bibliothèque nationale de France.

Il s'agit d'un livre qui regroupe trois conférences. 

L'auteur présente brièvement la vie et l'oeuvre de trois immenses penseurs des « trois grandes religions du livre » : Averroès pour le monde musulman, Maïmonide pour la religion juive et Thomas d'Aquin pour la chrétienté.

Il marque utilement les points de recoupement et les distances entre les trois géants. 

lundi 16 mars 2020

Deux grands parlent musique


L'auteur Haruki Murakami discute musique avec le chef Seiji Ozawa : fascinant !

Murakami, H., Ozawa, S. (2018). De la musique. Conversations. Paris : 10/18. Entretiens réalisés entre novembre 2010 et juillet 2011.

samedi 14 mars 2020

La sauvagerie

Le néolibéralisme, au plan économique, c'est le triomphe d'un capitalisme sauvage qui rappelle celui du 19e siècle. Au plan politique, c'est la négation de la responsabilité sociale de l'État. Au plan humain, c'est le mépris complet envers les pauvres et les vulnérables.

vendredi 28 février 2020

L'université en danger


En suivant la pensée de Michel Freitag (1995) et sur la base de leur finalité ultime, nous pouvons identifier deux grands modèles d’université : l’institution et l’organisation. Sans en faire de grands idéaux-types (Weber, 1918), il semble qu'une tendance lourde se soit installée et qu'il n'y ait plus que quelques facultés, groupes de recherche ou professeurs qui portent à bout de bras cette vocation institutionnelle des universités, fortement négligée au profit du volet organisationnel. Comme une institution se définit par la nature de sa finalité qui se rapporte à l’ensemble de la société, elle participe au développement des valeurs à prétention universelle. Par contre, une organisation se définit de manière instrumentale. Elle relève de l’adaptation des moyens pour atteindre des objectifs circonscrits. Jusqu’à la deuxième moitié du 20e siècle, les universités, ayant, jusqu'à cette période, développé quasi exclusivement leur vocation institutionnelle, ont été – globalement – des états dans l’État, à savoir qu’elles bénéficiaient d’une très grande souveraineté sur ce qui les concernaient (le savoir savant) et qu’elles se gouvernaient de manière autonome. Cela a permis une prise en charge réflexive d’un idéal civilisationnel à orientation universaliste. L’idée de l’université était alors étroitement liée à deux autres idées fondamentales en Occident : celle de la transcendance du monde de l’esprit et celle de l’exigence d’une unité réfléchie. L’Europe a été le berceau de ce type d’université. Cependant, les États-Unis vont développer un modèle d’université qui s’éloigne de cet idéal. Il ne s’agit plus de participer à l’élaboration d’une synthèse universaliste mais plutôt de produire du savoir à objectifs restreints. Après de la Seconde guerre mondiale, à faveur de la reconstruction de l’Europe et du Japon, le modèle américain va s’étendre au monde entier. Comme organisation, l’université est pensée et gérée en vue de la prestation de service. L’accent est mis sur les recherches instrumentales, pragmatiques et fonctionnelles. Il s’agit de répondre aux besoin de différents groupes dans la société : État, entreprises privées, associations de toutes sortes, etc. Dit autrement, la recherche a moins pour objectif de connaître la nature des choses que de prévoir et contrôler les effets de l’intervention humaine (Freitag, 1995). Mettant désormais, dans une part importante de celles-ci, l'accent sur le volet organisationnel, les universités se font maintenant concurrence non seulement pour attirer les étudiants mais aussi pour offrir leurs services de recherche et développement aux « utilisateurs » de la société. Ce faisant, elles tendent à devenir des entreprises gérées de manière managériale dans un souci d’efficacité et dans une perspective d’adaptation continue à la demande sociale et économique. Cette fonction contraste fortement avec l’idée de développement d’un héritage à valeur transcendantale et civilisationnelle poursuit historiquement dans les universités conçues comme institution. Dans les organisations que sont devenues les universités, la science a cessé d’être d’abord le lieu où se réalise la volonté de connaître le monde pour devenir « (…) le déploiement tous azimuts de notre capacité démiurgique de produire tous les artifices qui peuvent nous convenir à n’importe quelle fin » (Freitag, 1995, p. 42-43). En somme, devenues ni plus ni moins que des organisations, les universités ont abandonné toute finalité de compréhension synthétique du monde (physique et social) et, partant, toute visée de production d’une connaissance pouvant répondre à un idéal universel. Laissons le dernier mot à Freitag :
« En tant d’êtres humains, nous ne nous étudions plus, réflexivement, pour savoir qui nous sommes, quelle est notre place dans le monde et ce que nous pouvons espérer; nous ne faisons plus que de la « recherche » sur les mille conséquences de tout ce que nous faisons; la prévision, la programmation et le contrôle de ces conséquences sont devenues les conditions mêmes de notre existence » (1995, p. 51).
Bien que cette lecture corporatiste ne puisse être appliquée à toutes les universités et à toutes les facultés et les groupes de recherche qui les composent, le Canada, par la prolifération des programmes dits "appliqués", à titre d'exemple, illustre très bien notre propos. Il ne suffit que de penser aux universités telles que l’Université d’Ottawa, l’Université de Guelph, l’Université Queen, l’Université Ryerson, l’Université de Sherbrooke et bien d’autres, ainsi qu’à leurs programmes de sciences pures et appliquées, d’arts appliqués, de politique appliquée, d’éthique et d’épistémologie pratique, de sciences sociales et appliquées, afin de constater l’étendue de cette transformation. D’ailleurs, selon Michel Seymour (2013), l’orientation entrepreneuriale est fortement implantée dans nos universités, et quelques éléments le démontrent sans ambiguïté :

1-      Les universités sont le plus en plus souvent gérées par des gens qui ne sont pas des universitaires de carrière.
2-      Les salaires des dirigeants des universitaires tendent à s’aligner sur ceux des emplois similaires dans les entreprises privées.
3-      La gouvernance des universités tend à réduire les professeurs à diminuer leur pouvoir d’autogestion et à n’être que de simples employés.
4-      Le rapport des universités vis-à-vis des étudiants est celui d’une entreprise face à une clientèle qu’elle doit attirer à tout prix.
5-      Selon cette logique, les universités dépensent de fortes sommes d’argent (des millions) en publicité.
6-      La notion de rentabilité – des chercheurs, des programmes, etc. – est partout.
7-      Le savoir est perçu comme une marchandise à produire et à vendre.
8-      La recherche vraiment libre est devenue de plus en plus rare (Lajoie, 2009). 

Par exemple, au Québec, les conseils d’administration des universités, font une large place aux milieux socioéconomiques. D'ailleurs, et ce depuis les années '80, on a vu se multiplier le financement de recherche où les chercheurs n'ont plus une entière liberté. En effet, les différents fonds de subventions du Québec imposent désormais des problématiques de recherche jugées prioritaires. Ils créent ainsi des programmes qui orientent systématiques les chercheurs vers tels ou tels problèmes à résoudre. Ces programmes exigent que les chercheurs aient des « partenaires » des milieux socio-économiques et qu'ils rendent compte de leurs résultats auprès d'eux et auprès de l'organisme subventionnaire. Ainsi, comme le souligne Andrée Lajoie (2009), les chercheurs ont vu leur liberté de recherche fondre comme de la neige au printemps. Ce qui est légitime d'interroger, ce qui est pertinent de scruter, ce qui exige réponses, ce sont maintenant en grande partie l'État et les partenaires socio-économiques qui le décident. Lajoie déplore cette dérive de la recherche libre et met en lumière les dangers que cela représente pour la qualité et la profondeur des recherches qui sont effectuées. Dans ce contexte où la recherche est arraisonnée pour des intérêts qui ne sont pas endogènes, les sciences de la nature et les sciences de la santé tirent plus facilement leur épingle du jeu dans la mesure où « productions » s'alignent plus aisément sur des impératifs pratiques : créer un meilleur alliage de béton; développer un nouveau vaccin, etc. Par contre, la littérature, les humanités ainsi que les sciences sociales - plus traditionnellement axées sur la pensée critique - sont sur la sellette. On les somme de prouver leur « utilité ». Parfois, comme au Japon (lequel a mis de l'avant un projet de loi visant la fermeture des facultés de lettres, arts, sciences humaines et sciences sociales accusées de produire des travailleurs inutiles) l'attaque est frontale; ce qui a le mérite de mettre au grand jour la vision de la formation et de la recherche universitaires mise de l'avant par le néolibéralisme : celles-ci doivent produire des travailleurs performants pour l'économie et servir les intérêts de l'État et du capital. Cette décision, découlant d’une affirmation tenue le 8 juin 2019, du ministre japonais de l’éducation, Hakubun Shimomura, dans laquelle il demandait « d’abolir ou de convertir ces départements pour favoriser des disciplines qui servent mieux les besoins de la société. » (Fizazi, 2019) Fort heureusement, certaines universités nippones ont refusé d'obtempérer et ont maintenu leurs programmes et continuent ainsi à former des citoyens « inutiles ». Bien évidemment, les recteurs, les gestionnaires et les professeurs ne peuvent être dégagés de toute responsabilité face à cet accroissement du corporatisme universitaire, alors qu'ils ont, dans certains cas, eux-mêmes largement bénéficié de cette posture d'intellectuels et des avantages pouvant découler de telles ramifications, aurait pu rendre plus difficile la transmission à grande échelle du savoir. Cependant, le constat demeure cinglant et c’est pourquoi il importe de nous y attarder. L’influence des universités sur la façon dont se développe nos sociétés et se déploie la culture, la connaissance et les différentes compétences est telle que l’influence des entreprises sur les universités représente un lien d’influence direct de ces mêmes entreprises sur le vivre-ensemble.

lundi 24 février 2020

L'université entreprise

L’orientation entrepreneuriale est fortement implantée dans nos universités. À la suite de Michel Seymour, relevons quelques éléments qui le démontrent sans ambiguïté.

Les universités sont le plus en plus souvent gérées par des gens qui ne sont pas des universitaires de carrière.
Les salaires des dirigeants des universitaires tendent à s’aligner sur ceux des emplois similaires dans les entreprises privées.
La gouvernance des universités tend à réduire les professeurs à diminuer leur pouvoir d’autogestion et à n’être que de simples employés.
Le rapport des universités vis-à-vis des étudiants est celui d’une entreprise face à une clientèle qu’elle doit attirer à tout prix.
Selon cette logique, les universités dépensent de fortes sommes d’argent (des millions) en publicité.
La notion de rentabilité – des chercheurs, des programmes, etc. – est partout.
Le savoir est perçu comme une marchandise à produire et à vendre.
La recherche vraiment libre est devenue de plus en plus rare.


Par exemple, au Québec, les conseils d’administration des universités, font une large place aux milieux socioéconomiques. 


Seymour, M. (2013). Une idée de l’université. Propositions d’un professeur militant. Montréal : Boréal.

L'université : d'une institution à une organisation


L’université a plus de mille ans d’histoire. Bien entendu il est quelque peu hasardeux de vouloir réduire une si longue durée à des modèles qui, nécessairement seront toujours quelque peu réducteurs. Néanmoins, en suivant les pas de Michel Freitag (1995) et sur la base de leur finalité ultime, nous pouvons identifier deux grands modèles d’université : l’institution et l’organisation. Une institution se définit par la nature de sa finalité qui se rapporte à l’ensemble de la société. Elle participe au développement des valeurs à prétention universelle. Par contre, une organisation se définit de manière instrumentale. Elle relève de l’adaptation des moyens pour atteindre des objectifs circonscrits. Jusqu’à la deuxième moitié du 20e siècle, les universités, comme institutions, ont été – globalement – des états dans l’État à savoir qu’elles bénéficiaient d’une très grande souveraineté sur ce qui les concernaient (le savoir savant) et qu’elles se gouvernaient de manière autonome. Cela a permis une prise en charge réflexive d’un idéal civilisationnel à orientation universaliste. L’idée de l’université était alors étroitement liée à deux autres idées fondamentales en Occident : celle de la transcendance du monde de l’esprit et celle de l’exigence d’une unité réfléchie. L’Europe a été le berceau de ce type d’université. Cependant, les États-Unis vont développer un modèle d’université qui s’éloigne de cet idéal. Il ne s’agit plus de participer à l’élaboration d’une synthèse universaliste mais plutôt de produire du savoir à objectifs restreints. Après de la Seconde guerre mondiale, à faveur de la reconstruction de l’Europe et du Japon, le modèle américain va s’étendre au monde entier. Comme organisation, l’université est pensée et gérée en vue de la prestation de service. L’accent est mis sur les recherches instrumentales, pragmatiques, fonctionnelles. Il s’agit de répondre aux besoin de différents groupes dans la société : État, entreprises privées, associations de toutes sortes, etc. Dit autrement, la recherche a moins pour objectif de connaître la nature des choses que de prévoir et contrôler les effets de l’intervention humaine (Freitag, 1995). En tant qu’organisations, les universités se font maintenant concurrence non seulement pour attirer les étudiants mais aussi pour offrir leurs services de recherche et développement aux « utilisateurs » de la société. Ce faisant, elles tendent à devenir des entreprises gérées de manière managériale dans un souci d’efficacité et dans une perspective d’adaptation continue à la demande sociale et économique. Cette fonction contraste fortement avec l’idée de développement d’un héritage à valeur transcendantale et civilisationnelle poursuit historiquement dans les universités conçues comme institution. Dans les organisations que sont devenues les universités, la science a cessé d’être d’abord le lieu où se réalise la volonté de connaître le monde pour devenir « (…) le déploiement tous azimuts de notre capacité démiurgique de produire tous les artifices qui peuvent nous convenir à n’importe quelle fin » (Freitag, 1995, p. 42-43). En somme, devenues des organisations, les universités ont abandonné toute finalité de compréhension synthétique du monde (physique et social) et, partant, toute visée de production d’une connaissance pouvant répondre à un idéal universel. Laissons le dernier mot à Freitag : « En tant d’êtres humains, nous ne nous étudions plus, réflexivement, pour savoir qui nous sommes, quelle est notre place dans le monde et ce que nous pouvons espérer; nous ne faisons plus que de la « recherche » sur les mille conséquences de tout ce que nous faisons; la prévision, la programmation et le contrôle de ces conséquences sont devenues les conditions mêmes de notre existence » (1995, p. 51).

RÉFÉRENCE :

Freitag, M. (1995). Le naufrage de l'Université. Et autres essais d'épistémologie politique. Québec/Paris : Nuit Blanche/La Découverte. 

vendredi 21 février 2020

Démocratie ridiculisée

Nous élisons des gouvernements pour qu'ils se mettent au service des intérêts des puissances économiques au détriment de ceux qui les ont élus.