Bienvenue

Mes autres sites :

EDUPHILOSOCIO
https://sites.google.com/site/eduphilosocio/
DÉBUTS EN ENSEIGNEMENT
https://sites.google.com/site/debutsenenseignement/

Pour me rejoindre : Stemar63@gmail.com

mercredi 29 mars 2017

Alberto Manguel

Manguel, A. (2015). De la curiosité. Paris / Montréal : Actes Sud / Leméac.

Manguel, A. (2013). Le voyageur et la tour. Le lecteur comme métaphore. Paris / Montréal : Actes Sud / Leméac.

Manguel, A. (2011). Nouvel éloge de la folie. Essais édits et inédits. Paris / Montréal : Actes Sud / Leméac. Paru originellement en anglais en 2010.

Manguel, A. (2009). La cité des mots. Paris / Montréal : Actes Sud / Leméac. Paru originellement en anglais en 2007.

Manguel, A. (2009). La bibliothèque, la nuit. Paris : Babel. Paru originellement en anglais en 2006.

Manguel, A. (1998). Une histoire de la lecture. Paris / Montréal : Actes Sud / Leméac.

Manguel, A., Rouquet, C. (2011). Conversations avec un ami. Entretiens. Montréal : Leméac. Collection l’écritoire. 

Grandeur de l'être humain

C'est dans la reconnaissance de sa petitesse que l'être humain est grand.

mardi 28 mars 2017

Tourisme international

Cette manière qu'ont les gens fortunés de se donner l'impression de connaître le monde.

Développement professionnel

Que l’on s’inscrive dans une approche développementale ou une approche de professionnalisation, le développement professionnel est vu comme un processus qui engage profondément la personne. Toutefois, une vision trop cognitive de ce processus tend à minimiser l’importance des émotions, ce qui peut rendre les chercheurs aveugles à ce qui colore le rapport au travail du praticien, soutient sa motivation et donne sens à son action. Se développer professionnellement c’est certes accroître son efficacité au travail mais c’est aussi augmenter son potentiel de bien-être. Dans les deux cas, c’est donc aussi se construire une identité professionnelle positive. 

L'identité de l'enseignant

L’identité professionnelle peut être vue comme la représentation que l’enseignant (ou l'étudiant en formation) construit de lui-même. Elle se situe à l’intersection de la représentation qu’il a de lui comme personne et de celle qu’il a de son rapport aux autres enseignants et à la profession qu'il exerce.

Cette vision de l’identité professionnelle repose sur deux dimensions :
  • l’identité personnelle (dimension psycho-individuelle qui se construit au regard des représentations personnelles de la profession;
  • l’identité sociale (dimension sociale qui se construit au regard des représentations professionnelles de la profession).

La construction identitaire s'élabore en congruence (sentiment d’être soi et en cohérence avec ses valeurs) et en contiguïté (sentiment de confiance envers l’autre). Elle est souvent provoquée par des remises en questions qui constituent le moteur de la dynamique du processus de construction identitaire. 

Ce qu’il faut retenir tout particulièrement ici c’est que l’identité professionnelle n’est pas quelque chose de figée, de stable, ni une entité indépendante des événements de la formation ou de la pratique. L’identité professionnelle du futur enseignant commence à se développer dès la formation initiale au grès des succès, des échecs, des expériences marquantes, bref, au grès de ce qui meuble son parcours d’apprentissage. Or, la préparation « à faire face aux événements », « à leur donner sens », « à se penser soi-même en fonction des situations rencontrées » aura une répercussion importante sur l’identité professionnelle. Si développer son efficacité et son efficience dans l’action joue un rôle majeur dans la construction de l’identité professionnelle, ce développement doit s’accompagner d’une réflexion sur soi comme personne et professionnel, praticien dont les savoirs sont incorporés, dont l’agir mobilise toute la personnalité.

jeudi 23 mars 2017

Valeur d'une recherche

Trop de chercheurs croient que ce qui fait la valeur d'une recherche c'est sa méthode quand, au fond, ce qui fait vraiment sa valeur ce sont les questions qu'elle pose.

Fausse science

Aujourd'hui, ce qui se donne pour science n'est souvent qu'une technologie de domination.