Bienvenue



Pour me rejoindre :

Stemar63@me.com

stephane.martineau@uqtr.ca

jeudi 29 mars 2018

mardi 27 mars 2018

Culture et jugement


Les lectures que nous faisons alimentent notre questionnement en alimentant notre culture et, partant, nourrissent notre jugement. En quoi la culture dans une discipline permet-elle de développer le jugement ? Elle le permet parce qu'elle donne à voir. La culture est en effet outil pour voir, matrice pour comprendre. La culture alimente le jugement en ceci qu'elle permet de lier, de distinguer, de classer; elle fait apparaître des objets de pensée là où il n'y avait que de l'indifférencié. La culture, donc, fournit : l'outil pour juger; l'objet à juger; l'occasion de juger. La culture en effet nous donne les savoirs pour distinguer, classer, lier bref, les savoirs sur lesquels repose mon jugement. Mais elle donne aussi l'objet à juger car, comme nous le disions plus haut, elle « donne à voir » là ou celui qui ne possède pas la même culture ne voit rien à juger (indifférenciation). La culture est invitation au classement, à la mise en forme, à la caractérisation des phénomènes, donc, elle est exhortation au jugement. En somme, en donnant à voir, en fournissant l'objet, elle donne l'occasion d'exercer son jugement donc de développer sa compétence à juger. La culture développe ainsi le jugement sur la triple dimension de l'outil, de l'objet et de l'occasion.

lundi 26 mars 2018

Race spéciale

Nous sommes en passe de devenir la première race animale qui aura causé sa propre disparition.

Maladie de société

La démocratie est un régime politique fragile. Depuis quelques décennies, nous ne nous en sommes pas bien occupé et voilà qu'elle est gravement malade. 

vendredi 23 mars 2018

Ce que les recherches qualitatives peuvent produire

Peu adaptées pour l'élaboration de grandes théories à visée universelle, les recherches qualitatives peuvent toutefois produire ce que le sociologue américain Robert King Merton (1910-2003) appelait des théories à moyenne portée. 

Plus précisément, les recherches qualitatives peuvent contribuer à :
  • identifier des mécanismes;
  • construire des typologies; 
  • élaborer ou redéfinir des concepts.

Multiculturalisme

Le multiculturalisme est devenu un fétiche au Canada, un véritable dogme qui fait passer les droits individuels avant les droits collectifs; ce qui nie le fait qu’une société est fondée sur le partage de références et de valeurs communes  

jeudi 22 mars 2018

Pour comprendre ce qu'est comprendre


Vultur, Ioana (2017). Comprendre. L’herméneutique et les sciences humaines. Paris : Gallimard. Collection Folio essais.

Ouvrage remarquablement limpide pour «comprendre» les apports de l'herméneutique aux sciences humaines. 

mercredi 21 mars 2018

Simplets

Si le monde est complexe comme on le dit souvent, pourquoi donnons-nous le pouvoir à des simplets?

Technologie

Nous croyons jouer avec la technologie quand c'est elle qui se joue de nous.

lundi 19 mars 2018

La description dans la recherche qualitative

La description est au cœur de la recherche qualitative. En fait, plus globalement, il n'y a pas de bonne théorie sans bonne description. D'entrée de jeu, disons qu'il ne peut y avoir de description totalement objective car toute description se fait à partir du langage ordinaire lequel comporte nécessairement des biais. Si une description totalement objective est impossible, cela veut dire qu'il ne saurait y avoir une seule description d'un phénomène. En réalité, il peut toujours y avoir plusieurs descriptions d'un même phénomène. Par ailleurs, une description est toujours inachevée. Parce qu'il y a toujours plusieurs descriptions possibles d'un phénomène, le chercheur qui fait usage d'une approche qualitative aura intérêt à multiplier les étagements de points de vue. Sa description sera alors une sorte d'emboîtement de descriptions provenant de plusieurs points de vue (celui des sujets bien entendu, mais aussi le sien, etc.). En partant d'une description simple (première) du phénomène, description non théorique et qui assume son point de vue (un construit assumé et explicité), le chercheur élabore une description de plus en plus fine et complexe en ajoutant des points de vue en prenant soin que son cadre théorique ne vienne pas l'aveugler afin de rester ouvert à l'inattendu. Dans ce processus, le discours des participants à la recherche est un point de vue parmi d'autres. En somme, contrairement à ce qu'on entend souvent, il ne fait jamais chercher à tout dire tout de suite. Il faut plutôt adopter un point de vue minimal et étager les descriptions en complexifiant notre propos.

mardi 13 mars 2018

Inculture épistémologique

Trop de scientifiques pensent encore leur discipline comme leurs confrères du 19e siècle, ignares qu'ils sont des débats et des questionnements épistémologiques qui ont cours depuis le début du 20e siècle.

Corps étranger

Quand la société va mal, elle se trouve un bouc-émissaire. Celui-ci est alors stigmatisé, présenté comme un corps étranger dont il faut se débarrasser.

Culture, connaissance et bêtise

La culture et la connaissance ne garantissent pas contre la bêtise. Au fil des siècles, trop de penseurs nous l'ont malheureusement prouvé.

vendredi 2 mars 2018

Bêtise marchande

Je vois le Québec se défaire peu à peu devant l'avancée implacable de la bêtise marchande.

Nostalgie

Il fut un temps où les universités étaient des lieux d'érudition, de hauts savoirs et de liberté de pensée

Pour comprendre Heidegger

Di Cesare, D. (2016). Heidegger, les Juifs, la Shoah. Paris : Seuil.

Trawny, P. (2017). Heidegger. Une introduction critique. Paris : Seuil.

Trawny, P. (2014). La liberté d’errer, avec Heidegger. Paris : Éditions Indigène.

Trawny, P. (2014). Heidegger et l’antisémitisme. Sur les « Cahiers noirs ». Paris : Seuil. Traduit de l’allemand.