Bienvenue



Pour me rejoindre :

Stemar63@me.com

stephane.martineau@uqtr.ca

mercredi 8 février 2012

La droite décomplexée

Le discours de la droite décomplexée, dans sa démagogie, nous propose un monde de compétition, d'inégalités, d'individualisme. Un monde où tous les rapports sociaux sont ramenés à des rapports marchands. Le régime minceur que cette droite veut faire subir à l'État ne porte que sur ses fonctions de redistribution de la richesse (l'égalité est un crime pour les tenants de cette droite). À l'inverse, dans ses fonctions de surveillance et de répression (police, armée, pénitenciers), l'État engraisse rapidement sous ses politiques. En fait, contrairement à ce qu'elle prétend, cette droite nous propose un monde de violence et de diminution des droits fondamentaux (de la personne, d'expression, d'association). Son discours véhicule une vision dangereusement réductrice de l'être humain. Sous les apparences de combattre pour la liberté, elle cautionne en fait la domination des plus forts. Si on porte quelque peu attention à leurs arguments, on constate bien vite que les ténors de la droite, 300 ans avant J.-C. à Athènes, se seraient rangés du côté de ceux qui ont condamné Socrate à la mort (quelqu'un qui critique l'ordre établi est un traître à la patrie), auraient applaudi la Grande Inquisition et sa torture (il ne faut pas défier la loi et l'ordre; tout est justifiable quant il s'agit du «bien du peuple»), auraient soutenu la nécessité économique de l'esclavage aux 18e et 19e siècles (question de «positionnement sur les marchés», de compétitivité, d'avantage comparatif, la mondialisation des marchés a des exigences auxquelles il faut répondre), bref, ils se seraient rangés du côté de l'oppression et de l'injustice au nom des impératifs économiques ou de la raison d'État. Comme bien des mouvements et des groupes dans l'histoire, cette droite loge du côté sombre de l'humanité et en révèle la part la moins honorable.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire