Bienvenue



Pour me rejoindre :

Stemar63@me.com

stephane.martineau@uqtr.ca

dimanche 20 novembre 2011

Anti-rationalisme et relativisme radical

En sciences de l'éducation, de trop nombreux chercheurs sont preuve d'anti-rationalisme et adhèrent à un relativisme radical. Ceux-ci semblent avoir mal compris les leçons de l'épistémologie. Depuis Kant en effet, on sait que pour comprendre ou expliquer le monde, nous ne sortons pas de nos représentations. Selon l'expression du philosophe allemand, les «choses en soi» sont inconnaissables. Ce que nous savons du monde est lié à notre position dans ce monde. Est-ce à dire que nous sommes condamnés à «l'à peu près», à l'irrationnel, au «tout se vaut», à la seule subjectivité ? Certains semblent le croire. Ce n'est pourtant pas le cas. En fait, si nous n'avons accès aux choses que par la seule médiation de nos outils d'appréhension du monde, cela n'exclut pas l'objectivité. Mais,celle-ci ne loge plus - comme le croyait le réalisme - dans l'adéquation du savoir avec la chose elle-même mais dans le rapport des représentations entre elles. En effet, dans la compréhension du monde, tous les rapports de représentations ne se valent pas. Par exemple, d'un point de vue pragmatique, on peut dire qu'est vrai ce qui «marche», ce qui fonctionne, ce qui permet d'agir sur le monde. D'un point de vue rationaliste, on peut dire qu'est vrai l'explication du phénomène ou de l'objet qui met en jeu le meilleur rapport des représentations entre elles. Dans les deux cas, le réel n'apparaît plus comme un en soi métaphysique mais comme un réel qui émerge; mais pas en fonction des fantaisies du sujet connaissant. En somme, le relativisme et l'anti-rationalisme ont tort. Ils pensent naïvement que, parce que nous n'avons pas accès aux choses en elles-mêmes, la porte est ouverte à toutes les formes de subjectivismes. Il n'en n'est rien. Notre langage est capable de construire des systèmes de relations. De ceux là nous pouvons juger de leur objectivité, de leur logique, de leur capacité explicative des phénomènes et des objets.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire