Bienvenue



Pour me rejoindre :

Stemar63@me.com

stephane.martineau@uqtr.ca

jeudi 23 décembre 2010

Un témoin de l'homme

Fernand Dumont, sociologue, philosophe, théologien, fut un des plus grand intellectuel du Québec. Je propose ici quelques courts extaits d'un ouvrage qui compile des entrevues qu'il a accordées tout au long de sa carrière. La référence à cet ouvrage est : Fernand Dumont «Un témoin de l'homme. Entretiens colligés et présentés par Serge Cantin». Montréal, L'Hexagone, 2000.

«Je ne crois pas qu'on devienne intellectuel parce qu'on est plus fin ou plus intelligent que les autres : on devient intellectuel parce que, sur le plan sentimental, on est destiné à une sorte de solitude que, heureusement, dans certains cas - parce que ça ne se produit pas toujours -, la vie intellectuelle vient combler, vient meubler». (p. 42)

«[...] la théorie commence avec le refus affectif d'un certain type d'explication des choses et non pas parce qu'on aurait réuni un certain nombre de données susceptibles d'être mises ensemble». (p. 69)

«La pédagogie ne consiste pas à transmettre du savoir, mais plutôt à réconcilier les savoirs entre eux à travers des personnes concrètes». (p. 97)

«[...] ce ne sont pas les valeurs qui sont en crise, mais plutôt le rapport entre les valeurs et les institutions qui les supportent» (p. 113)

«Nous vivons dans une société dure, une société qui contredit ses propres paroles concernant la réalisation de soi, le bonheur, la consommation». (p. 173)

«Nous sommes en présence d'une crise de civilisation». (p. 193)

«La crise que nous vivons présentement n'est pas une crise de vérité, c'est une crise pertinence». (p. 203)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire