Bienvenue



Pour me rejoindre :

Stemar63@me.com

stephane.martineau@uqtr.ca

mardi 29 janvier 2013

Une nouvelle objectivité hors idéologie

De plus en plus souvent dans les médias québécois, pour désigner une position du gouvernement, nous entendons l'expression «cette décision est idéologique plutôt qu'économique». On veut signifier par là que la position adoptée là été sur la base d'autres considérations que les préoccupations économiques. Mais, ce faisant, plus ou moins explicitement, on soutient qu'il y a d'un côté des positions idéologiques (celles qui reposent sur des considérations sociales, culturelles, environnementales par exemple) et de l'autre des positions objectives, purement rationnelles, celles qui prennent en compte au premier chef les aspects économiques d'un problème. Ce genre d'expression dans les médias en dit long sur l'idéologie dominante, celle de l'économisme, qui justement a la prétention de ne pas en être une. Ainsi, si l'économie prime sur tout, nous sommes dans l'objectivité pure, une sorte de hors idéologie. Par contre, si d'autres considérations prennent le pas sur l'économie, alors là nous sommes dans l'idéologie, terme qui, pour nombre de commentateurs patentés, est souvent associé au radicalisme, à l'extrémisme (comme si les tenants du «tout économique» n'étaient pas souvent eux-mêmes des extrémistes). En somme, une nouvelle objectivité est née, celle de l'économie comme dimension primordiale de la vie humaine. Et, bien entendu, cette dimension doit être soumise à l'agenda néolibéral où tout devient une marchandise pour un marché global. La bêtise de notre époque ne connaît donc pas de limite ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire