Bienvenue



Pour me rejoindre :

Stemar63@me.com

stephane.martineau@uqtr.ca

lundi 20 juin 2011

Les groupes comme dispositif de soutien à l'insertion professionnelle en enseignement

INTRODUCTION
Il existe de nombreux dispositifs de soutien à l'insertion professionnelle pour les enseignants. Le plus connu est le mentorat. Dans les lignes qui suivent, je présente un autre type de dispositif : les groupes de soutien.
Les groupes de soutien offrent une possibilité de rencontre pour les enseignants débutants, qui peuvent ainsi discuter entre eux et créer des liens. Ces groupes peuvent être classés en deux principaux types (quoique certains groupes puissent posséder des composantes des deux types) : les groupes de discussion et les groupes d’analyse réflexive, également nommés groupes d’analyse des pratiques.
LES GROUPES DE DISCUSSION
Les groupes de discussion permettent aux débutants de discuter sur différents sujets, préoccupations et expériences liées à leur vécu. Ces groupes peuvent être organisés autour de thématiques précises et structurées, être articulés en fonction des besoins ponctuels des enseignants participants ou encore offrir une occasion de discussion totalement libre. Dans certaines commissions scolaires, de tels groupes de discussion sont organisés sous formes de cafés pédagogiques.
Lorsque des thématiques précises sont ciblées, les thèmes les plus fréquemment rencontrés lors des groupes de discussions sont : la gestion de classe, les rencontres de parents, l’évaluation, la rentrée des élèves, le portfolio et les problèmes rencontrés dans la pratique quotidienne
Les groupes de discussion peuvent regrouper seulement des débutants ou être animés par une ou plusieurs personnes-ressources (conseiller pédagogique, enseignant d’expérience, enseignant retraité, chercheur universitaire, etc.).
LES GROUPES D’ANALYSE RÉFLEXIVE
Les groupe d’analyse réflexive ou groupe d’analyse des pratiques visent à analyser les pratiques enseignantes des débutants, en adoptant une approche réflexive afin de cibler les bons coups réalisés, de cerner les problèmes ou les difficultés rencontrés dans le cadre de leur pratique et de trouver des pistes de solution à appliquer pour la pratique future. Dit autrement, l’objectif du groupe d’analyse est donc de tenter de tirer des apprentissages, à partir de l’objectivation de la pratique professionnelle des enseignants débutants. Les groupes d’analyse réflexive peuvent être animés par des enseignants d’expérience, des conseillers pédagogiques, des membres de la direction et/ou des chercheurs.
Le déroulement des groupes d’analyse des pratiques peut être très variable. Néanmoins, généralement, chaque rencontre débute par la présentation d’un des membres du groupe, qui relate une situation problématique qu’il a vécue dans sa pratique ou qui explique un projet qu’il souhaite mettre en place au sein de sa classe. Les autres participants expriment ensuite leurs idées et leurs réflexions en lien avec ce qui a été présenté, puis ils posent leurs questions et proposent différentes solutions à essayer. Par la suite, le ou les animateurs peuvent faire état de ce qui est divulgué dans la littérature scientifique en rapport avec le problème analysé. Enfin, pour terminer la séance, les autres enseignants débutants vont tenter d’établir des liens entre la situation présentée au départ et leur propre pratique professionnelle, afin de cibler des actions qu’ils peuvent mettre en œuvre dans leur classe.
Les groupes de discussion et les groupes d’analyse réflexive ont une fréquence variable. Ils sont parfois offerts de façon régulière allant d’une fois par semaine à une fois par mois ou par trimestre ou encore ils sont organisés de façon ponctuelle selon les besoins. Dans certains cas, la présence des participants au groupe de soutien est obligatoire, alors que dans d’autres cas, elle est volontaire, c’est-à-dire que les enseignants débutants sont libres d’y assister ou non.
QUELQUES PRINCIPES À RESPECTER
Pour que le groupe de soutien soit vraiment soutenant pour le débutant, il doit régner un climat d’entraide et de respect mutuel. Chacun des membres doit se sentir en confiance auprès des autres et reconnu à sa juste valeur. En ce sens, le groupe de soutien doit former une véritable communauté d’apprentissage au sein de laquelle chacun des membres est libre d’exprimer ses difficultés, les problèmes qu’il a rencontrés dans sa pratique et ses réussites professionnelles, sans crainte d’être jugé ou critiqué. Le groupe doit également bénéficier d’une culture de collaboration où chacun des membres tente d’aider et de soutenir les autres et où tous sont considérés comme des égaux. Dans un tel climat, tous les participants du groupe sont appelés à participer également à la réflexion collective et à l’enrichir. Il faut également s’assurer que les horaires de chacun des participants soient compatibles afin qu’ils puissent se rencontrer. À cet effet, certains groupes de soutien sont offerts de soir, après les heures de classe alors que d’autres groupes sont offerts lors des journées pédagogiques ou lors de journées de classe pour lesquelles les enseignants participants bénéficient de libérations de leur tâche d’enseignement.
Dans un autre ordre d’idée, dans les cas où un animateur est présent au sein du groupe, il faut porter une grande attention à la qualité de l’animation. En effet, un animateur compétent saura assurer un bon climat lors des rencontres en veillant à ce que tous les membres du groupe soient respectés et à ce que chacun puisse s’exprimer librement. En outre, un bon animateur permettra au groupe de pousser plus loin sa réflexion et d’approfondir davantage les sujets discutés. Enfin, dans le cas des groupes d’analyse des pratiques, l’animateur pourra veiller à faire respecter les différentes étapes de la démarche réflexive.
CONCLUSION
En conclusion, rappelons que les groupes de soutien – que ce soit dans leur variante groupe de discussion ou groupe d’analyse réflexive – ne sauraient être une solution à tous les problèmes de l’insertion professionnelle en enseignement. Comme tout dispositif de soutien, ils comportent des limites comme, par exemple, la surcharge de travail qu’ils peuvent entraîner, le fait qu’ils peuvent ne pas convenir à certaines personnalités (timides, solitaires), etc. Néanmoins, ces dispositifs font partie de la panoplie de moyens à la disposition des intervenants pour soutenir au mieux l’entrée dans la profession.
POUR CONTINUER LA RÉFLEXION....
Lacourse, F., Martineau, S., Nault, T. (dir.) (2011). Profession enseignante. Démarches et soutien à l’insertion professionnelle. Montréal : Les Éditions CEC.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire