Bienvenue



Pour me rejoindre :

Stemar63@me.com

stephane.martineau@uqtr.ca

mardi 25 mars 2014

L'autre modernité (bis)

«(...) refus d’une modernité qui, en se développant sous la poussée d’un technicisme et d’un productivisme conquérants, se ruine à mesure qu’elle avance, se nie en même temps qu’elle triomphe. Cette modernité, celle qui s’épanouit aujourd’hui en Occident et que le reste du monde s’efforce d’imiter, n’est que trop rarement celle du sujet pensant, de la conscience individuelle ou de l’écart réflexif. Si l’affirmation des singularités et des individus est avec l’essor de cette modernité encouragée jusqu’à un certain point, elle est aussi obstruée, ramenée à des types et à des schémas comportementaux socialement rentables. Pauvre, superficiel et restreint, l’individualisme favorisé et valorisé dans les sociétés modernes se doit de servir, en dernière instance, à la reproduction sociale et à la réalisation du projet prométhéen de l’homme occidental, qui cherche avant tout la puissance, et non la liberté – une puissance qui s’appuie sur la technique et la connaissance rationnelle du monde matériel plutôt que sur un véritable approfondissement des singularités et de leur expression.»

Simon Nadeau
(pages 102-103)

L'autre modernité, Montréal, Boréal, 2013.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire