Bienvenue



Pour me rejoindre :

Stemar63@me.com

stephane.martineau@uqtr.ca

jeudi 17 septembre 2015

Instruction, éducation et transmission entre générations

Ce qui suit est une fiche de lecture du texte :


Résumé général du texte

Le propos est de resituer le rôle de l’école dans le cadre des relations entre générations, ce qui conduit l'auteur à distinguer entre éducation et instruction, et à souligner le fait que l’éducation, la socialisation constituent une base nécessaire pour l’acquisition de connaissances. Ses réflexions s’appuient sur mes recherches en anthropologie. Une part importante des connaissances dispensées par l’école se justifient par leur utilité (réelle ou supposée) ; cette fonction est légitime : les élèves sont en droit d’espérer que les années passées à l’école les aideront à trouver un emploi et à faire leur place dans la société. Cependant, dans la mesure où cette acquisition de connaissances implique elle-même la relation entre deux générations et l’ensemble de la transmission éducative qui s’opère de l’une à l’autre, les processus relationnels et sociaux qui sont en cause sont au plus loin des relations marchandes et ne sauraient être convenablement appréhendés dans un cadre de pensée utilitariste. En effet, la position de donateurs que les membres d’une génération assument ainsi au bénéfice de la suivante ne les intègre pas à un cycle d’échanges dont ils bénéficieraient en retour, mais fait d’eux les maillons de la transmission culturelle irréversible qui va de pair avec la reproduction biologique et la mort.

Problématique développée

Afin de préciser sa position, Flahault mentionne que l’éducation et la socialisation constituent une base nécessaire pour l’acquisition de connaissances. Ajoutons qu’une part importante des connaissances dispensées par l’école se justifie par leur utilité (réelle ou supposée).

Le chercheur soulève le problème suivant : 
L’acquisition de connaissances implique la relation entre deux générations. La transmission éducative qui s’opère de l’une à l’autre, les processus relationnels et sociaux qui sont en cause sont très éloignées des relations dites marchandes… C’est pourquoi le cadre de pensée utilitariste ne s’avère pas approprié.

« En effet, la position de donateurs que les membres d’une génération assument ainsi au bénéfice de la suivante ne les intègre pas à un cycle d’échanges dont ils bénéficieraient en retour, mais fait d’eux les maillons de la transmission culturelle irréversible qui va de pair avec la reproduction biologique et la mort. » (Flahaut, 2006, p. 295)

Cadre de référence

1er thème abordé : L’être humain
L’humain se façonne grâce à deux types de transmission :
-         Génétique
-         Culturelle
La transmission de connaissances a lieu par le biais du milieu de vie (au quotidien) et de l’enseignement. L’enfant assimile de diverses façons :
-         Transmission de connaissances
-         Mimétisme des manières d’être, des pratiques relationnelles et des savoir-faire

« Cette transmission qui s’opère dans l’expérience quotidienne du rapport avec les adultes constitue la base de l’existence de l’enfant et de sa socialisation. Si ces acquisitions fondatrices se mettent en place convenablement, elles favorisent ensuite l’acquisition des connaissances. D’où la nécessité de distinguer entre instruction et éducation. » (Flahault, 2006, p. 295)

2e thème abordé : L’instruction
Flahaut commence cette section en donnant une définition de l’instruction et une définition de l’éducation:
« L’instruction, c’est l’acquisition de connaissances grâce à l’enseignement. » (Flahault, 2006, p. 296)

Le chercheur précise qu’il est possible d’être éduqué et socialisé sans être instruit. Toutefois, il est impossible d’être réceptif à l’instruction s’il y a absence de socialisation. Il souligne que cette déclaration va littéralement à l’encontre d’une conviction ancrée depuis longtemps (à l’époque des Grecs) dans la culture occidentale. Cette conviction enracinée se résume ainsi : l’éducation se ferait par l’instruction. C’est une erreur de croire que l’instruction est la base de l’éducation.

« On peut être convenablement éduqué et socialisé sans pour autant être très instruit. Mais on ne peut pas s’instruire, on ne désire pas apprendre si, d’abord, on ne bénéficie pas d’une certaine socialisation. » (Flahault, 2006, p. 296)

« Un professeur est, par définition, quelqu’un qui a misé sur l’acquisition de connaissances et qui doit à cet investissement la place qu’il occupe dans la société ; il n’est donc pas étonnant qu’il partage la conviction que la formation de l’être humain et du citoyen résulte essentiellement de la transmission du savoir. » (Flahault, 2006, p. 296)

3e thème abordé : L’éducation
Flahault donne une définition de l’éducation :
« L’éducation, c’est le développement de la capacité à être soi tout en étant avec les autres, à ménager ses relations avec eux, à participer à la vie sociale, à intérioriser la culture commune. » (Flahault, 2006, p. 296)
Le chercheur affirme que le processus d’éducation est fortement lié aux apprentissages. Cependant, il souligne que ces apprentissages ne passent qu’en partie par l’enseignement. De prime abord, l’éducation commence par le développement de la communication et du langage (socle commun). De plus, l’éducation s’orchestre par le biais des relations avec les personnes de l’entourage. Flahaut décrit le phénomène comme une immersion dans un environnement social et culturel.

4e thème abordé : Le lien social et la famille
Par rapport au lien social, l’éducation implique un rapport entre la génération des adultes et la génération des enfants. L’évolution de l’humanité s’est faite grâce au contact prolongé entre les générations. Des incontournables :
-         La bienveillance, encouragement (désir de reconnaissance de la part de l’enfant)
-         La solidité du cadre

Il est à noter que plus la relation est satisfaisante pour l’enfant, plus ce dernier aura les habiletés requises pour nouer des relations avec ses pairs. Si, au contraire, la socialisation se fait mal, le terrain n’est pas propice à l’acquisition de connaissances.

« Le vivre-ensemble est d’abord le vivre-ensemble de l’enfant avec les adultes qui s’occupent de lui. Ce rapport ne se limite pas à une transmission de connaissances ; c’est un lien personnel par lequel un enfant se trouve encadré, reçoit la possibilité d’exister. » (Flahault, 2006, p. 297)

Différences garçons-filles
« Les filles sont plus sensibles aux liens entre générations dans la mesure où elles portent en elles la possibilité de donner naissance. Il n’en va pas de même pour les garçons. Chez eux, l’aspiration à être un homme, liée à des images de virilité, n’a souvent aucun rapport avec des images de paternité. C’est pourquoi l’adolescence est souvent plus problématique chez les garçons et peut les enfermer dans une culture mimétique, une culture d’opposition à celles des adultes, renforçant chez eux le goût de la transgression qui est inhérent à l’être humain. » (Flahault, 2006, p. 299)

5e thème abordé : L’école, le rôle éducatif et le savoir
Les enseignants répondent aux exigences du ministère de l’Éducation. Ils ont sans contredit une importante responsabilité éducative. Même si les parents sont fortement impliqués dans le processus de socialisation, l’école y joue également un rôle. Il ne s’agit pas uniquement d’un lieu de transmission du savoir.

« Réduire l’école à sa fonction de transmission du savoir, c’est placer au premier plan la fonction informationnelle du langage en oubliant que celle-ci est enchâssée dans sa fonction relationnelle-existentielle, ou, pour le dire en termes linguistiques, en oubliant le fait que tout énoncé est lui-même enchâssé dans un acte d’énonciation. » (Flahault, 2006, p. 301)

À l’école comme au sein de la vie familiale, la relation entre les représentants de l’autorité et les enfants ne devrait pas être fondée sur un contrat.

« Il est pour le moins curieux de voir introduite à l’école la norme du contrat par ceux-là mêmes qui, souvent, s’inquiètent de l’emprise du libéralisme économique dans le domaine de l’éducation. » (Flahault, 2006, p. 301)

Par rapport au savoir, le chercheur affirme qu’en donnant du savoir aux élèves, les enseignants ne sont pas toujours conscients qu’ils briment le sentiment d’exister des enfants. Ces derniers réagissent négativement et l’enseignant impute la réaction à la mauvaise volonté, à l’ignorance ou encore aux difficultés d’apprentissage. Il suffit d’écouter les élèves pour comprendre que, pour eux, la relation entre le savoir et la réalité est essentielle (lien entre apprentissages à l’école et environnement de vie).

« La propension à faire du savoir une fin en soi témoigne de la pente naturelle de l’école qui, comme toutes les grandes institutions, tend à fonctionner sur un mode autoréférentiel. Or cette propension autoréférentielle crée d’emblée un malentendu entre professeurs et élèves. » (Flahault, 2006, p. 302)

Interprétation

6e thème abordé : L’éducation à la citoyenneté

Flahault insiste enfin sur le fait que l’instruction et la transmission de connaissances doivent être reliées dans un processus de socialisation. Historiquement, selon lui, l’école se serait construite contre la société.

L’auteur reconnaît l’importance de l’éducation à la citoyenneté. Il ajoute qu’un enfant sera en mesure de répondre à ses obligations et ses devoirs de citoyen s’il ressent un bien-être dans ses relations avec les personnes qu’il côtoie.

« Le bien-être relationnel a des vertus éducatives, réduire le taux de souffrance des enseignants et des élèves n’est pas un objectif accessoire. » (Flahault, 2006, p. 303)

Conclusion

En somme, l’auteur rappelle que la vie scolaire doit être une vie sociale connectée au monde extérieur, à la société dont l’école fait partie. Des préalables…

-        relations de travail et de concertation des enseignants entre eux (au lieu que chacun se trouve toujours seul face à ses élèves comme s’il exerçait une profession libérale);
-         relation des profs avec l’administration;
-         relation de l’intérieur de l’école avec l’environnement social.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire