Bienvenue



Pour me rejoindre :

Stemar63@me.com

stephane.martineau@uqtr.ca

jeudi 26 avril 2012

Quelques observations sur la pédagogie

La pédagogie a une origine datable dans l'histoire
À la suite de Gauthier (1993), nous faisons la supposition que la pédagogie apparaît réellement au dix-septième siècle. En effet, c'est à ce moment que les problèmes scolaires conduisent à une codification des façons de faire l'école (qui deviendra tradition). Il apparaît donc que dès ses débuts, la pédagogie comporte une préoccupation pragmatique liée à une activité de mise en ordre d'un collectif (les élèves) et un souci de formation des futurs enseignants (recueillir le savoir des praticiens afin qu'il ne se perde pas et puisse servir aux nouveaux enseignants). 
 Il y a une situation pédagogique fondamentale
Cette situation pédagogique fondamentale met en scène un enseignant en rapport obligatoire avec un groupe d'enfants dans le but de transmettre une tradition culturelle. La pédagogie est un travail qui porte sur l'humain en collectif (un auditoire). Cet aspect lui confère une dimension rhétorique et interactive.
La pédagogie a une histoire
La pédagogie, parce qu'elle s'est constituée depuis le dix-septième siècle, offre au praticien et au chercheur le visage d'une discipline dont les savoirs se sont construits au fil d'une histoire particulière. Il y a donc une historicité des savoirs sur la façon d'enseigner : par exemple de la pédagogie traditionnelle à la nouvelle pédagogie. Dans l'esprit de l'herméneutique, histoire et tradition forment une culture commune compréhensible et pouvant être dépassée.
La pédagogie a une identité
La pédagogie a une identité qui lui est propre bien que cette discipline éprouve visiblement des difficultés à se dire et à se définir. La pédagogie n'est pas une science et n'est pas un art. Elle est beaucoup plus discours d'ordre en vue d'une activité précise : l'éducation et l'instruction. Ce discours, relevant de la raison pratique, repose, non pas uniquement mais en grande partie, sur l'interprétation et l'argumentation.
 Il faut chercher à fonder la pédagogie autrement que sur la tradition ou sur la science
Pourquoi ? Parce que d'une part, la tradition finit toujours par ne plus correspondre à la réalité et, d'autre part, les pédagogues font appel à des savoirs qui ne sont pas uniquement — principalement — scientifiques. En conséquence, la pédagogie apparaît comme une activité langagière argumentative qui se sert à la fois de la tradition et de la science — mais aussi de bien d'autres types de savoirs — pour nourrir le jugement. Les savoirs du pédagogue sont pluriels et sa rationalité ne se limite pas à la rationalité scientifique.
La pédagogie met en scène une technique aux modulations infinies : la séduction
La pédagogie s'inscrit dans un rapport à l'autre. Ce rapport à l'autre s'actualise dans un but premier : l'apprentissage. Comme l'autre ne partage pas obligatoirement le même but, la pédagogie cherche donc à le contrôler. Pour assurer ce contrôle, elle doit ruser, séduire, afin de gagner la joute de l'apprentissage. Parler de ruse et de séduction c'est parler de persuasion. Or, il s'agit là d'éléments qui commandent un encadrement éthique. La pédagogie comportera donc une forte dimension éthique.
 La pédagogie appelle une écriture qui lui est propre
La pédagogie exerce une action qui modifie l'autre dans un sens précis. Cette modification n'est possible que dans la mesure où elle réussit à persuader l'autre que le but qu'elle poursuit (l'apprentissage d'un contenu culturel particulier) s'avère légitime. Pour ce faire, elle doit déployer des arguments qui dépassent la logique : elle nécessite un travail sur la manière de dire, sur la façon d'organiser le récit. Par le fait même, la pédagogie est une activité discursive rhétorique.
 La pédagogie est une affaire de jugement
L'activité éducative est d'une extrême complexité car elle se réalise dans un contexte mouvant. Elle ne peut donc être saisie totalement par la tradition et la science. C'est pourquoi, face au contingent, le pédagogue se doit d'exercer son jugement. Or, il semblerait que le jugement ne s'enseigne pas, ne peut pas s'apprendre, mais il s'exerce. L'exercice de ce jugement peut constituer une jurisprudence : une mise en ordre du savoir d'expérience. Par conséquent, le jugement pourrait nourrir un savoir et se nourrir de lui.
La pédagogie présuppose la culture
Si le jugement ne s'apprend pas, il peut tout de même être soutenu. Ce sera justement là le rôle de la culture. En effet, cette dernière permet de s'alimenter en connaissances en vue d'une action. La culture du pédagogue sera constituée bien sûr de ce qu'on appelle la culture générale mais aussi des savoirs propres à son champ d'activité : savoirs professionnels, curriculaires, disciplinaires, d'expérience.
La pédagogie a un but
La pédagogie est une discipline qui cherche à accroître son efficacité afin que les élèves apprennent plus, plus vite et mieux. Elle est centrée sur l'action et prend tout son sens dans cette recherche de l'amélioration de la pratique d'enseignement en classe. La pédagogie fait donc appel à la praxéologie.
RÉFÉRENCE : Clermont Gauthier, Tranches de savoir, Montréal, Éditions Logiques, 1993.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire