Bienvenue

Mes autres sites :

EDUPHILOSOCIO
https://sites.google.com/site/eduphilosocio/
DÉBUTS EN ENSEIGNEMENT
https://sites.google.com/site/debutsenenseignement/

Pour me rejoindre : Stemar63@gmail.com

lundi 26 septembre 2016

Parler de «culturalité» plutôt que de culture dans les relations interculturelles

Faire usage du concept de culturalité...
C’est prendre acte du métissage de nos cultures, c’est refuser le mythe de la culture unitaire et homogène.
C’est mettre l’accent sur la fluidité, la complexité, le contradictoire, c’est refuser de réduire autrui à n’être qu’un porteur de culture et le voir comme créateur de culture, comme interprète de ce qui le constitue.
C’est refuser la causalité culturelle comme seule et unique explication des relations avec l’altérité.
C’est passer d’une analyse en termes de structures et d’états à celle en termes de processus.
C’est se rendre compte que la compréhension ne relève pas de l’ordre de l’inventaire (une description des traits culturels demeure toujours réductrice).
C’est comprendre que si la culture détermine dans une certaine mesure les comportements, en retour l’individu «utilise» la culture pour «dire et se dire».
Références :
Abdallah-Pretceille, M. (1999). L’éducation interculturelle. Paris: PUF.

Abdallah-Pretceille, M., Porcher, L. (1996). Éducation et communication interculturelle. Paris: PUF.

Porcher, L., Abdallah-Pretceille, M. (1998). Éthique de la diversité et éducation. Paris: PUF. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire